Muffat, exilée volontaire

Camille Muffat et son programme allégé d’entraînement : « Pouvoir rester au lit jusqu’à 7 h ou 8 h, c’est un réel bonheur. Oui, ça change la vie. »  Photo AFP

En décidant de réduire la voilure au niveau de son planning d’entraînement, Camille Muffat se retire pratiquement d’elle-même de la course à l’or européen, cette semaine à Herning.

Un sacrifice vital. Une mise à l’écart volontaire, pour mieux recharger les batteries. Et conserver ce qui fait avancer, encore et toujours, une championne de sa trempe : l’envie de nager. Ce moteur qui lui a permis d’aller à la rencontre de son glorieux destin mais qui, depuis son triomphe aux JO de Londres (3 médailles dont le titre sur 400 m NL), avait tendance à toussoter. Suffisamment pour que Camille Muffat coupe le contact. Ou, au minimum, le laisse simplement ronronner quelques mois durant.

ZOOM

La vedette de la natation tricolore, seulement 24 ans, affiche une incroyable lucidité quand il s’agit d’évoquer sa décision. Ce choix, assumé, de réduire de près de deux tiers sa masse d’entraînement cette saison, afin de ne pas se griller mentalement avant le prochain plongeon olympique à Rio de Janeiro.

« Je ne nage qu’une seule fois par jour, c’est ce que je voulais , confie la Niçoise. Alors, c’est sûr qu’en ce moment, je vis une situation nouvelle pour moi. Il faut s’y faire et accepter de perdre. C’est forcément frustrant, ça va peut-être faire jaser sur mon cas. Mais à un moment donné, il faut essayer de tracer sa route sans écouter ce qui se dit. »

« J’ai réappris à dormir »

Les cancans n’ont de toute manière pas résonné outre mesure dans les couloirs du bassin dijonnais, la semaine dernière lors des championnats de France. Même si les prestations de Camille Muffat sont restées bien loin de ses standards habituels – défaite notamment sur son 400 m NL – l’encadrement fédéral prend plutôt le parti d’accompagner au mieux sa star dans la voie qu’elle a choisie. Celle qui lui permet, désormais, de s’adapter à un tout nouveau rythme. « J’ai réappris à dormir un peu , sourit la protégée de Fabrice Pellerin. Je me levais tous les jours à 6 h depuis… je ne sais plus quand pour aller à l’entraînement. Alors, pouvoir rester au lit jusqu’à 7 h ou 8 h, c’est un réel bonheur. Oui, ça change la vie. »

Désormais, au lieu des trois séances quotidiennes d’entraînement, Muffat s’autorise quelques sorties en jet-ski. Elle a même pris le temps d’atteindre un objectif bien plus banal : passer son permis bateau. « J’en profite pour faire des choses que tout le monde fait », conclut-elle.

Cela ne lui permettra peut-être pas de conserver ses trois titres européens (200 m NL, 400 m NL, 4x50 m mixte) à partir de demain à Herning, au Danemark. Mais l’essentiel est ailleurs. En arrêtant les frais avant qu’il ne soit trop tard, Camille Muffat a pris une décision réfléchie. Digne de la grande championne qu’elle entend rester.

Source http://www.republicain-lorrain.fr/sports/2013/12/11/muffat-exilee-volontaire





Rédigé le  12 déc. 2013 9:35  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site